mercredi 2 novembre 2022

Des communautés ... chance pour le christianisme de demain ?

 Le numéro 113 de la revue les Réseaux des Parvis, de novembre – décembre 2022 vient de paraître.

Pour en avoir un aperçu, il suffit de cliquer sur le lien suivant

samedi 20 août 2022

La mémoire, l’histoire et le concile Vatican II

 Sociologue des religions, philosophe et éditeur, mais aussi traducteur, Jean-Louis Schlegel est un observateur reconnu de l’évolution de l’Église catholique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, notamment dans la revue Esprit. Il a traduit en particulier plusieurs livres du théologien Hans Küng, et récemment Le secret de Jésus révélé aux enfants d’Eugen Drewermann. Il vient de publier avec Danièle Hervieu-Léger Catholicisme, au risque de l’implosion ? Nous le remercions chaleureusement d’avoir accepté d’écrire spécialement pour Les Réseaux des Parvis un texte qui éclaire avec une particulière acuité un thème qui rejoint nos réflexions, parfois nos angoisses.

Pour lire le document, cliquez ici

Pour avoir un aperçu de l’ensemble de la revue, cliquez ici

vendredi 1 juillet 2022

Mission et moisson Lc 10, 1-9 (14ème dimanche du temps)

 « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »

Or ‑ je ne saurais dire depuis combien de temps ‑, nous interprétons communément ces versets comme concernant les vocations spécifiques et plus précisément sacerdotales. Une telle lecture est anachronique. Jésus n’a aucune idée de ce que nous appelons prêtre. Il y a certes des prêtres pour exercer le sacerdoce en Israël et dans les religions. Il y a aussi des anciens, des presbytres, qui jouent, et dans le judaïsme du premier siècle et dans les débuts de l’Eglise ; les Actes principalement leur reconnaissent un rôle dans l’organisation des communautés chrétiennes. Mais jamais Jésus n’a pensé que des prêtres, comme ceux des religions, auraient un rôle, en tant que tels, dans la communauté de ses disciples.

Lire la suite

Quelle Eglise Jésus a-t-il voulue ?

jeudi 12 mai 2022

Le catholicisme français au risque de l’implosion, Danièle Hervieu-Léger et Jean-Louis Schlegel Recension René Poujol

Spécialiste des religions, la sociologue Danièle Hervieu-Léger a théorisé, voici vingt ans déjà, l’exculturation du catholicisme en France comme perte définitive de son emprise sur la société. Plus récemment le rapport de la Ciase sur la pédocriminalité dans l’Eglise et les divisions autour des restrictions du culte liées au Covid19 lui paraissent avoir accéléré une forme de dérégulation institutionnelle devenue irréversible. Dans un livre d’entretiens avec le sociologue des religions Jean-Louis Schlegel, qui sort le 13 mai en librairie, elle précise sa vision d’un catholicisme devenu non seulement minoritaire mais pluriel et éclaté. Un catholicisme qu’elle croit condamné à une forme de diaspora d’où il pourrait, néanmoins, tirer une nouvelle présence sociale sous forme de « catholicisme hospitalier ». A la condition de se réformer en profondeur, non seulement en France, mais au plus haut sommet de la hiérarchie. Une thèse qui, n’en doutons pas, fera débat sinon polémique. Et que j’interroge, pour une part, dans cette recension.

Lire la suite https://www.renepoujol.fr/le-catholicisme-francais-au-risque-de-limplosion/ 

mercredi 11 mai 2022

Quelques contributions au chemin synodal

 La Fédération des Réseaux du Parvis

La question de savoir s’il fallait apporter notre contribution à la réflexion synodale initiée par François, l’Evêque de Rome, dans sa démarche pour une Eglise de tout le Peuple de Dieu, en conversion fraternelle, synodale et ouverte, s’est posée au sein de PARVIS, car dans notre expérience, l’absence d’écoute des institutions est telle qu’elle a conduit une grande partie des baptisé-e-s à déserter les Églises.

Nous sommes cependant prêts à tout faire pour que le message de Jésus, dans toute sa modernité, son dynamisme, son respect de toute personne, ne soit pas englouti dans les sables du cléricalisme.

Nous avons le désir d’une vraie communion (confiance, partage et même conflits, qui font grandir l’Église, cf Actes), d’une réelle participation (dialogue, participation de tous et toutes aux décisions, engagement commun), d’une sincère mission de tous (justice, partage, amour témoignant de l’Evangile)

Saint Merry Hors les Murs

Saint Merry Hors-les-Murs s’est fortement mobilisée sur la démarche synodale. Une quinzaine de groupes de cinq à huit personnes se sont réunis à plusieurs reprises entre décembre 2021 et mars 2022 sur le sujet et ont choisi chacun leur propre méthode pour conduire les échanges. Une soirée de travail créative a aussi mobilisé une cinquantaine de personnes en janvier 2022. Le document préparatoire invitait à « faire route ensemble ». De fait, dans chacun de ces groupes, un temps a été consacré à partager les constats de l’expérience de ce « faire route ensemble » au cours des années passées (fruits, obstacles et difficultés), un autre a permis d’élaborer quelques propositions pour résoudre les difficultés et abaisser les obstacles aux différents niveaux de la communauté, des diocèses ou de l’Église.

Notre contribution répond, certes partiellement, aux dix thèmes proposés par le « Document Préparatoire au Synode 2023 » de Rome (DPS). Elle est toutefois présentée en deux grandes parties : la première comporte des constats regroupés autour de trois enjeux majeurs à nos yeux, la seconde de dix familles de propositions.

Autres contributions

vendredi 22 avril 2022

Sans hésiter, dimanche 24 avril nous voterons Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen

 

Le vote pour Marine Le Pen est incompatible avec nos valeurs. De manière évidente, la « préférence nationale » masque un rejet violent de l’étranger, que l’Evangile nous demande d’accueillir sans conditions. En outre le souverainisme vu comme une supériorité, le refus de continuer à construire la démocratie en Europe, la collusion avec V. Poutine ou V. Orban, sont des raisons catégoriques pour faire barrage à son élection

 

Quelques communiqués, parmi de multiples autres possibles

La Croix : Présidentielle 2022 : contre le choix du pire

 

Témoignage chrétien : Lettre ouverte aux catholiques qui seraient tentés de voter pour la candidate d’extrême droite

 

 

Ouest-France : Présidentielle : appel à un sursaut citoyen au service du bien commun

 

La Croix : Aux catholiques nous souhaitons dire s'abstenir c’est voter Le Pen

 

Le Monde : Abstention Ne pas voter Emmanuel Macron c’est rester indifférent devant un déferlement de haine

 

Libération : Présidentielle face à la possible victoire de l’extrême droite l’épiscopat catholique aux abonnés absents

 

Le Monde : Présidentielle 2022 la discrétion de l’Eglise catholique face à l’extrême droite

 

Saphir News : Présidentielle 2022 le prêtre Christian Delorme vent debout contre l’extrême droite

 

La Croix : La bioéthique peut-elle être l’unique boussole politique

 

Témoignage chrétien : Le Pen c’est non

 

Olivier Costa : Faut-il punir la France pour punir Macron

 

Communiqué de la Fédération des Réseaux du Parvis

jeudi 17 mars 2022

Arrêter l’invasion, promouvoir la politique, par José Arregi

 Brutalité, atrocité, inhumanité, barbarie… les dictionnaires ne suffiraient pas à décrire ce que nous, impuissants et stupéfaits, angoissés, voyons ces jours-ci dans les plaines et les villes d’Ukraine, au cœur de la civilisée Europe. Comment avons-nous pu –oui, à la première personne du pluriel– en arriver là, dans les années vingt du XXIe siècle, au bord d’une troisième guerre mondiale, nucléaire cette fois, après les deux guerres mondiales qui sont également nées ici, dans l’Europe de la science et de la raison, dans l’Europe des libertés et des droits de l’homme, dans l’Europe chrétienne qui garantit la dignité, les valeurs humaines et la foi en l’humanité ? Tout cela ne serait-il qu’un pur mensonge ? Je suis envahi par la tristesse.

Mais je joins du mieux que je peux ma faible voix à la clameur en Ukraine et aux protestations des jeunes courageux sur les places russes. Au bord du gouffre où nous nous trouvons, le plus urgent est d’arrêter cette guerre par tous les moyens raisonnables : diplomatiques, politiques, économiques – serons-nous prêts à en payer le prix ou préférerons-nous sécuriser notre gaz de chauffage et nos taux de croissance ? Par tous les moyens rationnels, et… je frémis de le dire, mais je le dis : également par une action militaire, dans la mesure où cela est strictement nécessaire

Lire la suite

vendredi 11 mars 2022

Quelle prière pour la paix par temps de guerre en Ukraine ?

 « Devant toi notre Dieu, nous formulons ce à quoi nous engagent le message et la pratique de Jésus, au moment où l’Ukraine est victime d’une guerre injuste et destructrice qui fait de nombreux morts, plonge ses habitants dans l’insécurité et les oblige à fuir leur pays en état précaire. Qu’à la mesure de ses moyens, chacune et chacun participe aux actions entreprises, pour venir en aide aux réfugiés et à ceux qui demeurent sur place ; pour manifester publiquement notre soutien aux Ukrainiens et notre condamnation de l’agression qu’ils subissent, pour accueillir et accompagner les réfugiés dans notre région. »

Pour lire l’ensemble de l’article cliquez ici

mercredi 29 décembre 2021

Jean Marie Muller est décédé

Jean-Marie Muller est décédé le samedi 18 décembre, suite à une maladie qui l’affaiblissait depuis plusieurs années. Cet écrivain, militant et philosophe, a consacré sa vie à la non-violence. Il a écrit d’innombrables articles dans la revue Alternatives Non-Violentes depuis sa création en 1973, tout en participant aux réunions de la revue jusqu’à ces dernières années.

En 2014, nous avons eu un entretien avec lui pour la revue Parvis

Et voici une biographie

https://alainrefalo.blog/2016/10/18/jean-marie-muller-50-ans-dengagements-au-service-de-la-non-violence/

Et l’enregistrement d’une conférence qu’il a faite à Sarreguemines en 2014

Et un hommage qui lui est rendu à travers le monde

Quelques informations sur la non-violence

dimanche 26 décembre 2021

A propos de la « Sainte Famille »

 Jésus qui a un père qui n'est pas son vrai père, une mère à la fois mère et vierge, qui vit dans une "famille" juive présentée comme modèle aux familles chrétiennes, est censé vivre dans une famille avec papa, maman et un seul enfant, avec une conception de la famille du 19e siècle censée être le modèle de la famille de toujours. De quoi nous faire réfléchir !

A ce propos certains ont réagi, tels Patrick Royannais

Y'en a marre de (ces discours sur) la famille ! (La sainte famille)

ou Philippe Lefebvre

ou Jonas Alsace

Il ne s’agit pas de mépriser la famille, mais de prendre acte qu’il n’y a pas un seul modèle de famille possible. D’ailleurs la famille idéale catholique n’existe plus guère

En voici un document de réflexion globale sur les familles en devenir

jeudi 21 octobre 2021

Espoirs et désespoirs

 L’ensemble de ces réactions dénote une évidence terrifiante : l’absence totale de prise de conscience de la gravité des faits, et de l’entière responsabilité de leurs auteurs, comme dans le civil.

L’Eglise catholique est-elle encore crédible ?

Combien de fidèles vont ils se tourner vers l’Eglise Réformée ou orthodoxe ?

Combien d’enfants de couples mixtes vont-ils être écartés du catholicisme par un parent musulman ou juif, légitimement effrayé de ce manque de prise de conscience ?

Combien d’athées militants vont-ils faire des émules, vociférant sans nuances sur la nocivité des religions ?

Combien de femmes qu’on a voulu déposséder de leurs corps en invoquant fallacieusement des « enfants innocents » vont elles se détourner définitivement ?

Combien d’anciennes victimes, que les faits aient duré quelques mois ou plusieurs années, qu’il s’agisse d’attouchements ou de viols, vont-elles éprouver une invincible répulsion à remettre un pied à l’église ?

Au milieu de ces questions qui me taraudent, un grand merci au religieux qui dans sa récente homélie, a dit que si les clercs avaient compris le sens du mot « ministère » c’est à dire « service » et non pas « pouvoir », bien des drames auraient été évités…

Il m’a donné une faible lueur d’espoir. 

Lire la suite

http://christine-amina-esther-andco.eklablog.com/espoirs-et-desespoirs-a210680946

Quelques communiqués

https://www.dropbox.com/sh/ubhclkljvyd6vz7/AABEGFNj9CCRgTV-nGxn8Nxxa?dl=0


lundi 9 août 2021

L’« infarctus théologique » de la synodalité », par Jesús Martínez Gordo, théologien

 Je me suis rendu compte que nous sommes déjà plongés, du moins théologiquement, dans un temps de préparation synodale sur le « marcher ensemble » ; une tâche qui est aussi intimement liée à la compréhension et à l’exercice de la primauté de Pierre et, bien sûr, à ce que François appelle joyeusement « la conversion de la papauté ». Et, également, avec la coresponsabilité de tous les baptisés non seulement dans l’évangélisation et la célébration, mais aussi et surtout dans le gouvernement et le magistère de l’Église.

Et ce dernier point est quelque chose que je ne trouve pas, pour l’instant, présent dans les contributions théologiques que j’ai lues dans la phase précédant le début du processus synodal qui s’ouvrira en octobre 2021 prochain et qui, débouchant sur des synodes dans les Églises locales et d’autres réalités particulières (octobre 2021-avril 2022), conduira à une phase continentale (septembre 2022-mars 2023) et à la phase dite « de l’Église universelle » (octobre 2023).

Lire la suite

http://www.garriguesetsentiers.org/2021/08/l-infarctus-theologique-de-la-synodalite.html