mercredi 13 décembre 2017

Johnny le chanteur, Dieu et l’Eglise catholique

Avant-hier on m’a demandé d’écrire, pour le journal paroissial de Sarreguemines, un article dans la rubrique Actualités. J’ai choisi d’écrire un article sur Johnny Hallyday.
Vous pourriez me dire : encore un qui est victime de la Johnnymanie, encore un qui hurle avec les loups ou encore un qui bêle dans le sens où les médias nous y invitent. Pour moi, Johnny, c’était l’époque du YéYé, de Salut les copains, de Sylvie Vartan, mais par la suite je ne m’étais plus intéressé à lui.
Et maintenant j’écris un article « Johnny le chanteur, Dieu et l’Eglise catholique », ce qui peut surprendre certains et beaucoup ne seront pas d’accord. Mais ce n’est de loin pas ma préoccupation.
Ce travail m’a fait effleurer pas mal de sujets : Quels sont les ressorts d’une telle mobilisation ? ; qu’est-ce qu’une idole, une icône, vocabulaire puisé dans le champ religieux dans une société sécularisée ? ; l’homme est un animal religieux qui a besoin de rites ; le religieux ne disparaît pas si vite du domaine public ; malgré sa vie chaotique, à Johnny on a tout pardonné ; Johnny était croyant à sa manière ; pour être croyant on n’a pas besoin d’être une grenouille de bénitier ; par l’homélie de la Madeleine, l’Eglise n’as-t-elle pas trouvé un ton juste pour aller sur les Parvis, ce qui ne lui arrive pas toujours ? ; Y-a-t-il eu récupération médiatique, politique ou religieuse ? ; Y-a-t-il eu manipulation pour nous assainir la bonne parole ?
Que de paramètres qu’il est difficile de maîtriser en même temps ! Et on fait des choix liés à ses conditionnements, son expérience et son vécu. Pour écrire cet article, j’ai eu l’occasion de consulter 31 documents rassemblant éloges et critiques. Mais comme la plupart étaient réservés aux abonnés, il ne m’est pas possible de les publier.

Pour lire l’article, cliquez ici

samedi 2 décembre 2017

Henri Burin des Roziers : “Défendre les pauvres a alimenté ma foi“

Henri Burin des Roziers : “Défendre les pauvres a alimenté ma foi“

Ses conseils pour vivre libre :
1. Remettez-vous à Dieu
Cela dépend de la spiritualité, de l’histoire et de la personnalité de chacun. Pas forcément à travers une prière formulée liturgiquement. Cela peut être autre chose. Chacun est libre de choisir la manière de se mettre dans les mains de Dieu. Il ne s’agit d’être pris dans un carcan religieux. Pas du tout. Il faut se confier à Dieu en toute liberté. Chaque manière de se mettre dans les mains de Dieu est digne d’un profond respect.
2. Cultivez votre jardin secret
Veillez à préserver un espace personnel où vous retrouver, vous reposer, vous recréer, loin des bruits, des préoccupations. Pour les uns ce sera la lecture de la Bible, pour d’autres la nature : regarder les fleurs, les plantes, les arbres, écouter les oiseaux. Pour d’autres encore, ce sera écouter de la musique ou jouer d’un instrument. Pour d’autres enfin, ce sera la peinture, la poésie, le dessin ou toute autre forme d’expression artistique.
3. Soyez cohérent avec vous-même
Sentir que ce que l’on fait est en cohérence avec ce que l’on pense et dit permet d’être en paix avec soi-même. On connaît la joie de la liberté intérieure. C’est fondamental. On est souvent prisonnier, enfermé dans les carcans des conventions sociales ou même religieuses. En fait, on ne se sent véritablement libre que si l’on est cohérent avec soi-même. La difficulté est de s’affranchir des carcans. Comment faire ? En se forgeant des convictions et en les respectant.
4. Acceptez les différences
Sachez écouter, comprendre, respecter, modifier votre opinion, garder vos convictions sans juger les autres. Pour être soi-même libre, il faut respecter la liberté des autres, et essayer de la ­comprendre. Il faut essayer de valoriser ce qui est authentique. La liberté, c’est arriver à percevoir ce qui est authentique chez l’autre.
5. Suivez le Christ
Méditez et concrétisez chaque jour cette parole de Jésus : « Ce que vous faites à l’un de ces petits, c’est à moi que vous le faites » (Matthieu 25, 31-46). Soyez attentifs envers les personnes qui luttent et qui souffrent. Un être humain est heureux lorsqu’il fait quelque chose de bon pour les autres.

vendredi 1 décembre 2017

Qu’est-ce que la foi ? José Arregi

"Qu’est-ce donc la foi si ce n’est l’assurance qui te permet de fouler le sol comme terre sacrée et de faire un pas vers ton frère? Je parle de la foi, non des croyances. Je parle de la foi, non des religions.
Lorsque je dis foi, je me réfère à cette petite flamme qui scintille sans cesse dans tous les cœurs, dans le tien également, bien que parfois tu sentes qu’elle est éteinte.
C’est le même feu qui brûle dans le cœur de la Terre et des étoiles, des atomes et des galaxies. C’est la flamme de la Vie, et la flamme de la Vie est le Cœur de l’Univers qui bat dans chacune de tes cellules et de tes neurones.
C’est cela la foi et elle n’a rien à voir avec les religions ni avec les croyances, mais plutôt avec le battement libre et universel de la Vie.
Telle fut la foi de Jésus, au-delà de ses croyances. Il désignait cette Vie, à la fois puissante et tendre, par le nom de «Dieu» et il l’invoquait tendrement en l’appelant abbá. C’est grâce à cette Vie qu’il se sentait heureux et libre et c’est pour sa cause qu’il risqua sa vie.
Le christianisme en tant que système de croyances, de rites et de normes morales, en tant qu’organisation hiérarchique, structure du pouvoir, en tant que réseau d’intérêts complexes, parfois même troubles... ça c’est une autre histoire. Ce n’est pas ce que prônait Jésus.
[...]
Que tu sois ou non croyant, prends soin de la foi, cette flamme profonde et secrète, car l’éclat de ton sourire et le futur de la Terre en dépendent. Prends soin du cœur de ta vie, du cœur de la Vie. Ne cesse de palpiter et de sentir. Ne cesse de respirer, de te sentir libre et de tendre la main à la Vie qui, tout près de toi, réclame ton attention.

Et les croyances? Elles sont bonnes dans la mesure où elles te rendent meilleur et plus heureux. Elles sont bonnes si tu ne t’accroches pas trop fort à elles. Si tu t’acharnes trop à les défendre, elles finiront par t’empêcher d’être meilleur et d’être heureux".

D'autres textes de José Arregi

Autres textes

vendredi 24 novembre 2017

Œcuménisme : Les temps ont changé | Réseau des Forums André-Naud

Œcuménisme : Les temps ont changé | Réseau des Forums André-Naud

Il y en a pour qui l'oecuménisme c'est le diable en personne, d'autres qui visent à ramener les autres dans leur propre Eglise, d'autres qui disent "Enterrons la hache de guerre et disons que tout le monde il est beau et il est gentil", d'autres enfin qui se laissent interpeller dans leur propre foi, convaincus qu'unité ne veut pas dire uniformité.

Voici aussi le texte d'une conférence "Vivre l'oecuménisme en ACAT"

dimanche 19 novembre 2017

Liberté dans l'Église

Liberté dans l'Église - GARRIGUES ET SENTIERS
Une religion est une institution qui relie des croyants. Elle n'est donc pas légitime quand elle prétend imposer quoi que ce soit aux personnes qui ne sont pas ses membres. Elle peut discuter, débattre, échanger sur tous les sujets qui l'intéressent et concernent l'ensemble de la société, comme tout groupe de pensée ou d'action : cela ne lui confère aucun droit d'imposer. Il y a donc toute liberté d'adhérer ou pas à une religion, de la pratiquer ou pas, d'en sortir si on le veut.

mardi 7 novembre 2017

Des textes appelant à faire évoluer l'Eglise catholique

Refonder l'Eglise. Appel de Joseph Moingt à tous les baptisé.e.s de France | Conférence catholique des baptisé-e-s francophones
Refonder l'Église. — Le projet a de quoi donner le frisson à d'éminents gardiens du « dépôt de la foi ». Car l'Église n'est fondée que sur la foi, qui est la sienne depuis toujours. Nous en convenons tous ; mais pas sur la foi d'un passé depuis longtemps moribond, ni d'un « dépôt » cadenassé, sans voix ni visage. L'Église ne peut se fonder que sur la foi des baptisés. Pas de ceux, encore assez nombreux, qui peuplent la France mais ont cessé de croire et de pratiquer la foi. Seulement sur la foi des baptisés restés croyants, ardemment croyants et désireux que leur Église redevienne vivante : c'est la foi des fidèles qui est le vrai et sûr fondement de l'Église.

Ce bref exposé vise à dégager de la situation présente les implications pour l’avenir de l’Église et à exprimer mes convictions qui appuient mon regard de foi et d’espérance sur le présent et l’avenir de l’Église.

jeudi 2 novembre 2017

L'Appel des Cent | Conférence catholique des baptisé-e-s francophones

L'Appel des Cent | Conférence catholique des baptisé-e-s francophones
C'est une évidence qu'il faille soutenir cet appel. Pour gérer la pénurie de prêtres, on a fait des regroupements en communautés de paroisses et dans certains endroits un prêtre est responsable d'une cinquantaine de paroisses. Cela est une catastrophe du point de vue pastoral. Cela a fait considérablement diminuer la pratique religieuse. Mais on préfère gérer la pénurie jusqu'au suicide collectif, plutôt que de réfléchir d'une façon un peu plus courageuse sur les ministères. Et que signifie cette attitude timorée de considérer comme une avancée considérable d'envisager le diaconat des femmes, si des hommes dans leur grande mansuétude daignent le leur accorder. Il faut encore aller beaucoup plus loin que cet appel et envisager que des laïcs, hommes et femmes, mandatés par l'évêque, puissent présider une eucharistie. Mais la hiérarchie de l'Eglise et beaucoup de fidèles sont encore à mille lieux d'envisager cette possibilité. Puisse la célébration du 500e anniversaire de la Réforme en inspirer certains, car l'Eglise catholique a elle aussi besoin d'une façon urgente d'un sérieux dépoussiérage. Ce n’est pas une coquetterie mais une nécessité absolue pour sa survie.

Marcel Metzger, ancien doyen de la faculté de théologie catholique de Strasbourg et spécialiste de la liturgie va plus loin que l'appel des Cent, avec son article "Des laïcs avec étoles"

samedi 21 octobre 2017

G Jacques (CIMADE) "L'Etat essaie par tous les moyens, y compris illégaux, de renvoyer les migrants"

G Jacques (CIMADE) "L'Etat essaie par tous les moyens, y compris illégaux, de renvoyer les migrants" - YouTube
La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) vient de dresser un véritable réquisitoire contre la politique envers les migrants, affirmant même que le gouvernement « nourrissait un sentiment de xénophobie ». Geneviève Jacques, présidente de la CIMADE - membre de la CNCDH, fait le point sur la situation des migrants, dans La Midinale.

L'ACAT, l’Eglise Protestante Unie de France et JRS lancent une campagne sur l'accueil de l'étranger. L’objectif de cette campagne est de proposer des outils d’information et de réflexion sur les réalités migratoires d’aujourd’hui et d’hier, et sur nos responsabilitéss à l’égard de ceux que l’on qualifie d’étrangers, de migrants, de réfugiés.


Dossier pédagogique : Accueil de l'étranger
Alors que le droit d’asile est un droit protégé par la Constitution par différents engagements internationaux, les migrants n’ont pas de droit acquis au séjour en France. Les migrants présents sur le territoire français doivent cependant bénéficier de leurs droits fondamentaux. La CNCDH a dénoncé à plusieurs occasions les conséquences en matière de droits de l’homme des politiques de lutte contre l’immigration irrégulière.


lundi 2 octobre 2017

Prisons : l'éternel recommencement ?

Prisons : l'éternel recommencement ? | ACAT France
Construire davantage ne permet pas de résoudre la surpopulation carcérale : tel est le constat du Livre blanc publié en avril 2017. Toutefois, ce rapport s'entête aussi dans un paradoxe en préconisant l'accroissement du parc pénitentiaire français.

Voir la vidéo La prison, la honte de la République
https://vimeo.com/35193820

mardi 12 septembre 2017

Migrants : message de Monseigneur Colomb pour les deux ans de l’appel du Pape à accueillir des migrants

Migrants : message de Monseigneur Colomb pour les deux ans de l’appel du Pape à accueillir des migrants - Journal de Denis Chautard
Monseigneur Georges Colomb, évêque de La Rochelle et de Saintes, responsable de la pastorale des migrants pour la Conférence des évêques de France témoigne deux ans après l’appel du Pape François à accueillir des réfugiés dans « chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère et sanctuaire. »

Osons la fraternité, accueillons les étrangers

Compte rendu du colloque Accueillir l'étranger, le défi

jeudi 7 septembre 2017

Fin de vie : "C'est déchirant de devoir quitter mon pays pour mourir comme je l'entends"

Ne nous laissons pas subjuguer par l'émotion, mais ne nous laissons pas non plus paralyser par une morale des principes, qui souvent est très éloignée des réalités de la vie. Nous ne pouvons pas jouer à l'autruche qui enfoullit sa tête dans le sable et sommes obligés de prendre à bras le corps ce problème. La réponse n'est pas simple, ni dans un sens, ni dans l'autre.

Rappelons aussi le document publié par le Forum André Naud, mourir dans la dignité

jeudi 20 juillet 2017

Les dossiers de notre blog - GARRIGUES ET SENTIERS

Les dossiers de notre blog - GARRIGUES ET SENTIERS

Le blog Garrigues et Sentiers a édité une page qui donne les liens d'un ensemble de 32 dossiers qui ont été publiés d'avril 2006 à mai 2017. Un trésor de documents qu'il est intéressant de consulter

mercredi 10 mai 2017

Dossier "Tous libres d'aimer ?" | ACAT France

Dossier "Tous libres d'aimer ?" | ACAT France
Assassinats ciblés aux Etats-Unis ou en Argentine, peine de mort ou prison ferme dans de multiples pays : aux quatre coins du monde, les personnes homosexuelles sont persécutées. Dans les pays où
les unions de même sexe sont légalisées, la tolérance n’a pas non plus remporté la victoire. En France, l’organisation SOS Homophobie a recensé 152 agressions homophobes en 2015 et des jeunes sont encore contraints de quitter le foyer familial, rejetés après avoir révélé leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

Trop occupée avec les élections, la presse française n’a relayé qu’à minima la purge des homosexuels en cours actuellement en Tchétchénie.

Pour d'autres renseignements, voici le site de David & Jonathan, mouvement homosexuel chrétien, ouvert à toutes et à tous. L’association se définit comme l’interface entre le milieu LGBT (lesbien, gay, bi, transsexuels), le monde des Églises et l’implication citoyenne. Elle est membre de la Fédération des Réseaux du Parvis

Quelques réactions après le second tour des élections présidentielles

Dire que le programme du front national est incompatible avec l'Evangile, ne dispense pas de réfléchir aux dangers du libéralisme économique
"Il faut donc faire de nos communautés chrétiennes des «lieux laboratoires » où nous exercerons l’accueil de tous, où nous tisserons des liens afin que nul ne soit isolé et ignoré, où chacun trouvera satisfaction à ses plus nobles besoins et où nous témoignerons de l’espérance."
Jean Marie Wagner, ancien vicaire général du diocèse de Metz

Oui, on peut être catholiques pratiquants et voter FN si on n’a pas été saisi par la nouveauté évangélique, la révolution humaine, spirituelle et politique que Jésus apporte.

A quelques heures du résultat de ce second tour, je reste attristé par l’impression d’une déficience de discernement des catholiques, notamment pratiquants, avec qui j’ai pu échanger.

Au nom de la défense d'une "famille idéale" largement fantasmée, sinon idolâtrée, des organisations, telle La Manif pour Tous, ont invité à faire battre Emmanuel Macron ou à s'abstenir. Autrement dit, à choisir, explicitement ou implicitement, Marine Le Pen dont le programme xénophobe bafoue le message évangélique.
François Vercelletto, qui suit les questions religieuses dans le journal Ouest-France

Le sondage des électorats confessionnels au second tour des élections présidentielles